John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Effets secondaires psychiatriques du traitement de l’hépatite chronique C : caractérisation et prise en charge Volume 13, issue 2, Mars-Avril 2006

Author
Service d’Hépato-Gastroentérologie, hôpital Haut Lévêque, Avenue de Magellan, 33604 Pessac

Au cours du traitement de l’hépatite chronique C, les effets secondaires psychiatriques de l’interféron sont fréquents (20 à 30 %) et constituent la première cause d’arrêt prématuré du traitement antiviral. Il s’agit de troubles de l’humeur (dépression) pouvant comporter une composante irritable, voire maniaque. Ils surviennent le plus souvent entre le premier et le troisième mois de traitement. Il n’existe pas actuellement d’outil simple fiable pour le dépistage de ces troubles et l’existence de facteurs prédictifs reste controversée. Le dépistage précoce de la survenue de troubles de l’humeur au cours du traitement antiviral et la prise en charge thérapeutique appropriée, par l’utilisation d’antidépresseurs voire de neuroleptiques, permet la poursuite du traitement antiviral dans la majorité des cas et l’obtention de taux de guérison virologique élevés. La constatation de troubles psychiatriques avant traitement ne doit pas constituer une contre-indication à la mise en route d’un traitement antiviral lorsque celui-ci est justifié par la sévérité de la maladie hépatique.