John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Etiological workup for non alcoholic non biliary acute pancreatitis Volume 25, issue 4, Avril 2018

Figure 1

Exemples de l’apport des examens complémentaires dans le diagnostic des pancréatites aiguës non A non B. A) Cholangiopancréatographie IRM révélant une TIPMP des canaux secondaire du petit pancréas (flèches blanches) communicant par un petit canal accessoire (flèche blanche pointillée) avec le canal de Wirsung qui est normal (les voies biliaires sont normales). B) Cholangiopancréatographie IRM révélant une TIPMP mixte corporéo-caudale atteignant le canal principal et les canaux secondaires (flèches blanches) associée à un pancréas divisum (le canal ventral est de petite taille et le canal dorsal s‘abouche au-dessus dans la papille mineure – flèches blanches pointillées). C) Échoendoscopie révélant une minilithiase vésiculaire sous forme de deux calculs de 3 mm de diamètre (deux flèches blanches). D) Échoendoscopie révélant une pancréatite chronique non calcifiée avec un pancréas céphalique hétérogène avec des plages hypoéchogènes diffuses délimitées par des travées hyperéchogènes (flèches blanches).

Figure 2

Évolution du pourcentage des différentes étiologies des pancréatites aiguës « biliaires, alcooliques, non A non B et idiopathiques » en fonction du bilan étiologique, clinique, biologique et paraclinique qui est conduit à la phase aiguë (diagramme de gauche) puis à distance (diagramme de droite) (d’après les références [5] et [6]).

Figure 3

Algorithme pour le diagnostic étiologique des pancréatites aiguës non A non B. *Bilan génétique à ce stade pour les adultes jeunes de moins de 35 ans.