John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Hematopoietic stem cell transplantation Volume 23, issue 2, Mars-Avril 2017

Figures

  • Figure 1
  • Figure 2
Authors
DES Hématologie
* Tirés à part

Suite à la découverte du système HLA (human leucocyte antigen) par Jean Dausset en 1958, la greffe de cellules souches hématopoïétiques a progressivement montré son pouvoir thérapeutique dans la prise en charge des hémopathies malignes mais aussi bénignes. La réaction du greffon contre l’hôte, déjà décrite par Georges Mathé dans les années soixante, reste, encore aujourd’hui, un enjeu majeur. L’immunosuppression tient une place primordiale dans la prophylaxie et le traitement de cette complication. Les infections bactériennes, virales et fongiques qui étaient redoutées par nos pères deviennent contrôlables grâce à la prophylaxie et aux traitements préemptifs. L’amélioration des connaissances permet de développer différentes intensités de conditionnement ainsi que de diversifier les sources du greffon et le type de donneur, permettant ainsi l’accès à la greffe à une plus large population. Par ailleurs, avec l’amélioration des soins de support, et les progrès réalisés, entre autres, en cytogénétique et biologie moléculaire, la survie de ces patients s’est accrue, et nous confronte à des complications au long terme encore mal connues. Enfin, la prise en charge de la rechute postgreffe moléculaire ou cytologique a récemment évolué, passant de l’utilisation unique des injections des lymphocytes du donneur aux thérapeutiques ciblées. Cette revue sur l’allogreffe n’est en aucun cas exhaustive, mais a pour but de considérer les différents concepts de cette thérapeutique en perpétuelle évolution.